Ses parents le violent et s’amusent à lui pointer une arme sur la tempe. Regardez ce qu’il est devenu aujourd’hui!

Ses parents le violent et s’amusent à lui pointer une arme sur la tempe. Regardez ce qu’il est devenu aujourd’hui!

Rob Scheer, un Américain résidant dans la region de Washington aux États Unis, est l’heureux papa de quatre magnifiques enfants, avec son compagnon Reece. Mais des années en arrière, jamais il n’aurait envisagé vivre un jour un tel bonheur.


Rob est le petit dernier d’une famille de 10 enfants. Ses parents le battent. Ils vont même jusqu’à le violer et à pointer une arme contre sa tempe pour s'amuser. Lorsqu'il a 10 ans, ses parents meurent. Rob est soulagé de voir son calvaire prendre fin. Il est alors placé en maison d’accueil, où les conditions de vie sont mentalement très difficiles pour le jeune adolescent. En plus du traumatisme physique qu’il a subi plus jeune, il n’a jamais reçu d’amour ni d’attention, ce qu’il ne va pas trouver dans les institutions non plus.

Rob est livré à lui-même et transporte ses effets personnels dans un sac poubelle, comme tous les enfants recueillis.

À 18 ans, il est devenu trop vieux pour être placé en institution. Encore scolarisé, le jeune homme est forcé de survivre dans la rue, dans le froid et sans nourriture. Malgré tout, il choisit de se battre et se fait enrôler dans l’armée. "Ce n’était pas par amour de mon pays," confie -t-il. "C’est parce que j’avais froid et faim."

Il réussit à continuer son éducation et trouve un emploi dans le secteur des prêts immobiliers. Rob accomplit un premier miracle : échapper à la rue et à ses dangers en ayant un emploi fixe et un toit. Il fait ensuite la connaissance de Reece, dont il tombe fou amoureux. Cet homme tendre est une oreille attentive pour Rob, qui se reconstruit peu à peu.


Comme de nombreux couples, ils rêvent d’avoir des enfants. Rob confie à son cher et tendre son souhait d’adopter. Et c’est à ce moment que Reece va faire quelque chose d’extraordinaire.

Bien que pudique sur son passé, Rob s’est bien entendu confié à l’amour de sa vie. Alors quand Rob lui parle d’adoption à l’étranger, Reece ouvre de grands yeux : "Pourquoi ne souhaites-tu pas adopter des enfants de la région, ou même recueillir des enfants abandonnés au sein de notre foyer ?"


Rob est bouche bée. Les plaies de son enfance sont encore ouvertes. Mais la réflexion de Reece fait son chemin et Rob ne peut nier l’évidence : c’est la chose à faire.

Ils se portent alors candidats pour recueillir des enfants. Très vite, ils reçoivent un coup de fil : un frère et une soeur cherchent un toit. "Attention," les met en garde l’employé au bout du fil, "le petit garçon mord." Mais Rob et Reece n’en ont que faire et ils se lancent.

De part son enfance très difficile, Rob est le mieux placé pour comprendre ces enfants que la vie semble avoir laissés de côté. Le couple réussit à apprivoiser le garçon qui s’épanouit tout comme sa soeur.


Bientôt, le téléphone sonne de nouveau et ce sont deux autres enfants qui rejoignent la famille. Un des garçons, Makai, souffre du syndrome d’alcoolisation foetale, c’est à dire que sa mère buvait pendant la grossesse, endommageant son développement. Il en résulte de l'hyperactivité, des troubles de l'attention, une incapacité à maîtriser sa colère : il est quasi-incontrôlable. Reece est obligé d’aller avec lui jusque dans la salle de classe pour le calmer.


Mais les deux parents aimants n’ont pas dit leur dernier mot. Quand ils apprennent que vivre à proximité des animaux peut guérir la maladie, ils n’hésitent pas une seconde. Ils achètent une ferme et y emménagent ! Aujourd’hui, Makai est en pleine forme.

La bonté de ces deux hommes ne se limite pas à leur cercle familial. Car quand Rob a vu arriver devant sa porte les enfants abandonnés avec… un sac poubelle à la main, il a cru rêver.

Comme lui 20 ans auparavant, on donne toujours des sacs poubelles en guise de "valise" aux enfants abandonnés. Rob se souvient de ce sentiment inoubliable, celui d’être traité comme un déchet.

Il décide d’agir. Il achète des sacs à dos qu’il remplit avec du savon, une brosse à dent, un livre, un journal, une couverture, etc. Rob met un point d’honneur à y glisser des pyjamas avec l’étiquette d’achat "pour montrer qu’ils sont neufs", pour que l'enfant se sente valorisé malgré le fait qu'il soit abandonné. Rob se souvient entre deux sanglots de cette douloureuse période de sa vie : "J'avais besoin de me sentir désiré (dans une famille en tant qu’enfant)."

Au départ, ils font 300 sacs, mais très vite, leur opération fait grand bruit. Le projet se transforme en oeuvre de charité Comfort Cases ("sacs de réconfort" en français).

L’association est une affaire de famille. Les enfants du couple y participent. La plus grande des filles, Amaya, raconte : "Parfois nous faisons les couvertures à partir de tissus à la main ou bien à la machine."

La page Facebook Comfort Cases compte aujourd’hui plus de 20 000 likes. En trois ans, ils ont préparé au total 25 000 sacs. Autant de vies qu’ils ont changé, d’enfants à qui ils ont redonné une dignité.

Vous pouvez découvrir cette merveilleuse histoire en vidéo (en anglais) :



L’histoire de Rob est une véritable leçon de vie. Il a su surmonter toutes les difficultés pour se battir une vie saine, équilibrée et entourée d’amour. Mais ce n’est pas tout, il a donné aussi. Tout ce dont il a été privé enfant, il le transmet aujourd'hui à des enfants qu’il ne connaît même pas. Rob est plus qu’un exemple pour ses enfants, son histoire nous inspire tous.

Related

VIDEOS 6647562148896577768

Enregistrer un commentaire

Hot in week

Recent

Comments

item