Cette femme condamnée à mort refuse qu’on lui bande les yeux. Mais ce qu’elle fait ensuite est encore plus incroyable!

Cette femme condamnée à mort refuse qu’on lui bande les yeux. Mais ce qu’elle fait ensuite est encore plus incroyable!

Une petite fille, Margaretha Geertruida Zelle, voit le jour le 7 août 1876 à Leuwardeen, aux Pays-Bas. Abandonnée par son père elle se retrouve à la rue quand sa mère meurt. Sans resources, l'avenir s'annonce sombre. Mais le destin en a décidé autrement.

Margaretha se retrouve seule au monde à 15 ans. Là où d’autres baisseraient les bras, l’adolescente va au contraire se montrer très déterminée. Elle est résolue à s’éduquer et suit l’école assidûment dans le but de devenir institutrice. En mal d’affection et d’attention, elle entame une liaison avec le directeur. Quand l'affaire est découverte, elle est renvoyée.

À 19 ans, Margaretha prend pour époux un officier de la marine qui a le double de son âge. Ils partent vivre dans les Indes Orientales pour le plus grand bonheur de la jeune femme. Elle s’adapte très rapidement à sa nouvelle patrie en apprenant la langue locale, le javanais, et les danses traditionnelles. Cela lui permet d’échapper à son mari, alcoolique, infidèle et atteint de la syphilis. Elle lui donne deux enfant chétifs. Ils meurent tous deux avant 21 ans.

C’est durant cette période que Margaretha va changer de nom pour celui de Mata Hari, qui signifie l’"oeil du jour" ou bien encore "soleil". En se créant une nouvelle identité Mata a le sentiment de reprendre le contrôle de sa vie, qui lui a échappé depuis la mort de sa mère.

Elle se sépare finalement de son mari en 1902 et emménage à Paris. Elle subsiste en tant que modèle pour artistes et comme danseuse exotique dans un cirque.

Le talent de la jeune femme est très vite remarqué et deux ans plus tard en 1905, elle fait le tour de l’Europe pour faire des représentations. Partout on salue "sa grâce féline" et les "mouvements de ses courbes" fascinants qui font tourner toutes le têtes.

Ses costumes font scandales à l'époque : elle danse quasiment nue simplement vêtue de voiles transparents. Seuls ses seins sont couverts de parures de bijoux étincelants qui hypnotisent le public.

Mata Hari se fait courtiser par des hommes riches et influents. Elle se faite entretenir et devient une des courtisanes les plus célèbres d’Europe. Sa grande beauté lui vaut le surnom de première "femme fatale" de l’histoire.

En 1915, Mata se trouve trop vieille pour continuer sa carrière et prend sa "retraite" aux Pays-Bas. Mais quand l'homme qu'elle aime se retrouve blessé pendant la guerre, elle veut lui rendre visite à l’hôpital en France. Elle contacte les autorités françaises pour obtenir un visa, le gouvernement voit en elle la candidate idéale pour espionner les Allemands. Ils l’obligent à devenir espionne en échange du droit de visite de son cher et tendre. Mata est obligée d'accepter.

Elle est chargée de soutirer des informations au Prince Wilhelm qui malheureusement, n’a rien a lui apprendre et ne comprend rien à la politique. Mata Hari se fait démasquer par les Allemands qui la forcent à devenir espionne pour leur compte en échange de sa vie.

À partir de ce moment, le destin de Mata Hari est scellé. Agent double, elle n’est plus qu’un pion sur l’échiquier des relations internationales.

L’histoire de Mata Hari est fascinante. Cette femme au destin rocambolesque et d’une beauté incroyable reste encore aujourd’hui une énigme pour les historiens. Même si la lumière semble avoir été faite sur sa vie, des zones d’ombres subsistent. Qui était-elle vraiment au quotidien ? Une espionne sans coeur avide de pouvoir et d’argent, ou bien une femme victime des hommes et de la politique, qui a tenté de survivre par ses propres moyens ? Quoi qu’il en soit, Mata Hari savait indéniablement se mettre en scène. Elle est entrée dans la légende le jour de son exécution, il y a 100 ans déjà.

Related

NOUVELLES 2661764501338840763

Enregistrer un commentaire

Hot in week

Recent

Comments

item