4 grosses erreurs à éviter aux toilettes

4 grosses erreurs à éviter aux toilettes

Vous pensez tout connaître sur l’hygiène aux toilettes ? Votre routine est irréprochable et vous ne faites aucune erreur ? Lisez cet article pour vérifier si c’est vraiment le cas !

Quand il s’agit d’hygiène, chacun possède sa propre routine. Aux toilettes notamment, certains gestes sont adoptés par tous, mais ne sont pas forcément hygiéniques. Voici les 5 erreurs qu’il ne faut pas faire en allant aux toilettes.

Ne pas se laver les mains Beaucoup de personnes font l’erreur ultime de ne pas se laver les mains, avant et après le passage aux toilettes, or ce petit geste qui paraît anodin est en réalité très important pour préserver sa santé.

En effet, les mains représentent les principaux vecteurs de bactéries. Ne pas les laver augmente les risques de transmission de ces agents pathogènes qui peuvent entraîner plusieurs maladies.

Il est donc important de se laver les mains avant d’entrer aux toilettes, pour ne pas contaminer vos parties intimes, mais aussi après avoir utilisé les toilettes afin d’éliminer toutes les bactéries ou matières fécales avec lesquelles vos mains sont entrées en contact. Pour un lavage efficace, il est important d’utiliser du savon, car l’eau seule ne vous débarrassera pas des bactéries.

Garder les mêmes sous-vêtements plusieurs jours de suite Une bonne hygiène globale passe aussi par une hygiène intime irréprochable. Cette dernière ne consiste pas qu’en des lavages réguliers et non invasifs, mais nécessite aussi un changement quotidien de sous-vêtements.

Les culottes sont un vrai nid à bactéries, lesquelles prolifèrent dans les milieux humides, notamment au niveau du vagin et de la région anale, et peuvent causer des infections ou irritations.

Ce n’est pas pour rien qu’on nous a appris à changer nos sous-vêtements chaque jour, depuis l’enfance ! Ceci vous évitera les démangeaisons, irritations et odeurs déplaisantes.

Pour les femmes qui utilisent des protège-slips, sachez que ce n’est pas une excuse pour garder votre culotte plus d’un jour. Ces produits ne préviennent pas l’accumulation des bactéries dans cette zone qui, quand elle transpire, offre un environnement idéal pour leur prolifération.

Prendre la mauvaise posture pour déféquer Les toilettes modernes ont été conçues de façon à ce qu’on puisse s’assoir confortablement. Seulement, cette posture confortable n’est pas la plus correcte pour déféquer.

En effet, nous sommes en position assise (angle 90°), or cet angle ano-rectal n’est pas adapté à la défécation et peut aussi exercer une pression sur le rectum. La posture adéquate est de s’accroupir, comme le faisaient nos ancêtres qui utilisaient des toilettes turques. En s’accroupissant, on permet une évacuation plus facile et on peut même prévenir les hémorroïdes, qui sont généralement causés par la poussée au moment de la défécation. Cette position permet de diminuer le besoin de pousser, puisque la défécation devient plus facile.

Une étude menée par un médecin israélien en 2003 et publiée dans le journal Digestive Diseases and Sciences vient corroborer ces informations. Le médecin a demandé aux participants de l’étude de déféquer dans différentes positions. Certains étaient accroupis et d’autres assis sur des toilettes d’une hauteur de 30 ou 40 cm. Conclusion : les personnes accroupies prenaient en moyenne 51 secondes pour déféquer, alors que celles assises sur les toilettes mettaient 130 secondes.

Ainsi, la position accroupie reste la meilleure posture à adopter. Puisque les toilettes turques ont pratiquement disparu des ménages, il est toujours possible de mettre un petit tabouret pour surélever ses pieds.

Utiliser le sèche-mains Invention très pratique, les sèche-mains trouvent leur place dans la majorité des toilettes publiques. Ces machines ont été créées pour réduire le risque de contamination aux bactéries dans les sanitaires, mais sont-ils vraiment plus hygiéniques ? La réponse est non. Les spécialistes de l’hygiène les pointent du doigt parce qu’il a été prouvé que les sèche-mains transmettent plus de bactéries que les serviettes. Des chercheurs de l’Université de Leeds, en Angleterre, se sont intéressés à ce sujet et ont voulu déterminer l’outil de séchage qui pouvait répandre le plus de bactéries. Pour cela, ils ont fait un test. Ils ont contaminé les mains d’un volontaire avec une bactérie non dangereuse, pour simuler des mains non lavées. Le participant a ensuite séché ses mains en utilisant le sèche-main à air propulsé, le sèche-main électrique et l’essuie-tout.

Les résultats de cette expérience ont montré que la quantité de bactéries était 27 fois plus grande avec les sèche-mains à air propulsé, comparé aux serviettes en papier. Fabien Squinazi, le co-auteur de On s’en lave les mains, a précisé que les sèche-mains électriques pouvaient absorber l’air ambiant contenant de nombreuses bactéries et les propulser sur les mains. Autant s’en tenir aux serviettes en papier jetables !

Related

SANTÉ 8610979282161593431

Enregistrer un commentaire

Hot in week

Recent

Comments

item